Actions

 Langue:
 Flux RSS:

Histoire des Incas


Les débuts

Manco Capac serait le premier empereur légendaire des Incas. Celui-ci serait sorti du lac Titicaca avec sa soeur-épouse Mama Ocllo, envoyés par Viracocha, le dieu créateur, pour apporter la civilisation aux hommes après le grand déluge qui avait tout dévasté. Selon la légende des frères Ayar, tous les Incas descendent de Manco Capac.

Ils voyagèrent jusqu'à ce que le bâton magique (un sceptre) en or de Manco s'enfonce dans la terre pour leur désigner le lieu où s'établir. C'est là qu'ils fondèrent la première ville inca qui deviendra Cuzco, c'est-à-dire le "nombril du monde" en langue quechua (vers 1200). Manco Capac enseigna alors aux hommes l'agriculture et l'artisanat et Mama Ocllo enseigna aux femmes l'art du tissage.

Les premiers Incas ne règnaient que sur un petit état rural. Celui-ci se développa peu à peu et devint un puissant royaume sous l'action énergique de son neuvième souverain, l'Inca Pachacutec, surnommé le "Napoléon des Incas".

 

 

Pachacutec

 

 

Il fonda une religion d'état basée sur le culte du Soleil et transforma Cuzco en une capitale brillante. Autour du fameux Temple du Soleil, il fit bâtir des palais et des monast&egrae;res de "femmes choisies" (les acclas). Elles avaient pour rôle de servir la religion (les Vierges du Soleil) ou d'être données en épouses aux caciques et aux grands dignitaires.

Vers 1438, il se lanca à la conquête du continent. Les Incas imposèrent le culte du dieu Soleil aux peuples qu'ils vainquirent, mais sans interdire les anciens cultes locaux. Cette marque de tolérance toute relative (elle ne se limita qu'au domaine religieux) contribua à l'unification rapide de l'empire. Pour s'assurer de la fidélité des territoires nouvellement conquis, ils procédaient à des transferts de population : des colons venus de la région de Cuzco prenaient la place des autochtones, que l'on envoyait cultiver des terres lointaines : ces groupes transplantés étaient nommés mitimaes.

Civilisation Inca

Les Incas envoyèrent des savants et des artisans auprès de ces peuples afin qu'ils échangent leurs connaissances en médecine, tissage, poterie et techniques d'irrigation. La domination inca ne dura guère plus d'un siècle (1400-1532), mais cette civilisation est considérée - sur le plan de l'organisation sociale - comme l'une des plus avancées de tous les temps.

Dans le domaine de l'architecture, les incas ont laissé des traces splendides et durables de leur splendeur.

Qui relèvent leurs talents de bâtisseurs.
 

 

Les incas ne connaissaient ni la roue, ni le fer, ni l'écriture.

Organisation

 

 

L'empira Inca était appellé empire Tahuantisuyo, "les quatre quartiers". Le territoire s'ordonnait autour de Cuzco, le "nombril de la terre", en quatre secteurs orientés selon les points cardinaux. Au Nord s'étendait le Chinchasuyo, au Sud, autour du lac Titicaca le Collasuyo. à l'Ouest le Contisuyo et à l'Est l'Antisuyo, correspondant aux territoires amazoniens. Partout, ils imposèrent l'usage de leur langue, le quechua. Les Incas construisirent un réseau routier qui allait de la Colombie méridionale au Sud de l'actuelle Santiago du Chili, avec des routes transversales menant jusqu'en Argentine. Ces routes étaient jalonnées, à intervalles réguliers, de relais de poste : les tambos, c'est l'ensemble de ce réseau que l'on a baptisé "chemin de l'Inca".
Rien n'échappait à leur l'organisation, mise en oeuvre par une administration nombreuse et rigoureusement hiérarchisée: ils furent les premiers à maitriser les statistiques et la planification, grâce à un système très judicieux, basé sur des noeuds de cordelettes, les kipus, oû tout était recensé: population, bétail, récoltes, garnisons, impôts, etc.

Excellents ingénieurs agronomes, ils imposèrent, dans les régions montagneuses, le système des cultures en terrasses, les spectaculaires andenes et irriguèrent le désert péruvien, l'un des plus arides du monde. Les récoltes étaient stockées dans des silos, afin d'éliminer la famine. Plus tard, les Espagnols empruntèrent aux Incas leurs techniques d'exploitation des mines d'or, d'argent et de cuivre.

Retour